chahuter


chahuter

chahuter [ ʃayte ] v. <conjug. : 1>
• 1821; o. i., p.-ê. dial., cf. cahuer « huer, » cahuler « crier de douleur »
I V. intr.
1Vx Danser le chahut (en s'agitant, en criant).
2 (1837) Mod. Faire du chahut dans une classe. Ce cancre passe son temps à dormir ou à chahuter ( chahuteur) .
Chahuter avec qqn, le bousculer pour rire et jouer de manière vive et bruyante. Chahuter avec les enfants.
II V. tr.
1Chahuter un professeur, faire du chahut pendant son cours. — P. p. adj. Un prof chahuté.
2Bousculer, taquiner (qqn) pour rire ou pour le plaisir. Il aime chahuter les filles.

chahuter verbe intransitif (onomatopée d'origine dialectale du Centre, de cahuer, huer, peut-être à rapprocher de chat-huant) Familier. Faire du chahut, s'agiter bruyamment. ● chahuter verbe transitif Familier. Empêcher un professeur, un conférencier de parler en faisant du chahut. Renverser, mettre en désordre quelque chose, malmener quelqu'un : Un coup de vent nous a un peu chahutés dans le bateau. Critiquer, bousculer quelqu'un : Les critiques l'ont chahuté un peu.chahuter (synonymes) verbe transitif Familier. Renverser, mettre en désordre quelque chose, malmener quelqu'un
Synonymes :
- désorganiser

chahuter
v.
d1./d v. intr. Se livrer à des manifestations tapageuses (partic. pendant le cours d'un professeur).
d2./d v. tr. Importuner (qqn, partic. un professeur) par des manifestations tapageuses. Syn. (Afr. subsah.) saboter.

⇒CHAHUTER, verbe.
I.— Emploi intrans.
A.— [Le suj. désigne une pers.]
1. Vieilli. Danser le chahut (cf. chahut A) :
1. Paris, à ce qu'il paraît, l'a considérablement corrompu; il y a, dans les derniers temps de son séjour, tellement fréquenté les lieux publics de toute espèce, si bien dansé, chahuté, cancané, mazurké et polké à la Chaumière, bu tant de petits verres, de demi-tasses, de bols de punch et de bouteilles de vin blanc, culotté tant de pipes et connu tant de femmes légères, qu'il en a rapporté dans son pays un genre tout à fait civilisé...
FLAUBERT, La 1re Éducation sentimentale, 1845, p. 283.
2. P. ext. Se dissiper, faire du chahut :
2. Quelles flatteries, dans les petites classes, à l'égard du maître! Plus tard, on reprendra du poil de la bête, on chahutera, on sera le plus fort. Mais de la dixième à la sixième, quels rires serviles aux plus sottes plaisanteries de l'autorité!
MAURIAC, Journal 2, 1937, p. 191.
Chahuter avec. Plaisanter avec.
a) [Suivi d'un n. de pers.] Il chahutera sur sa boutique avec ses employés (SUE, Les Mystères de Paris, t. 9, 1842-43, p. 375).
b) Au fig. [Suivi d'un n. de chose ou d'un subst. abstr.] L'on ne chahute pas avec l'inexorable loi du milieu (F. TRIGNOL, Pantruche, 1946, p. 33).
B.— [Le suj. désigne un inanimé concr. ou un élément de la nature]
1. Fam. Culbuter, se renverser. La marmelade, le pot chahute... tout renverse... (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 329). Son chignon chahute... lui retombe dans les yeux (CÉLINE, Mort à crédit, 1936 p. 71).
2. Spéc., MAR. [Le suj. désigne une embarcation] Tanguer, menacer de se retourner. Ce qui n'a pas empêché le navire de chahuter toute la nuit (GIDE, Voyage au Congo, 1927, p. 845).
Emploi région. [En parlant d'une pers.] Risquer de se noyer du fait que le bateau se retourne. Ceux qui n'ont jamais « chahuté » ne se doutent pas de ce que j'ai souffert! (...) un mot qui aurait dû m'inspirer une juste défiance (GYP, Ô province, 1890, p. 159).
II.— Emploi trans. [Le suj. désigne gén. une pers.]
A.— [Le compl. désigne un inanimé concr.]
1. Retourner, mettre en désordre. Chahuter son lit (R. MARTIN DU GARD, Devenir, 1909, p. 49).
Rare et très fam. [Le compl. désigne une pers.] Renverser, culbuter (cf. LÉAUTAUD, In memoriam, 1905, p. 196).
Au fig.
a) [Le compl. désigne une pers.] Bouleverser, remuer. Des gamins comme cela. Cela les chahute du haut en bas et c'est naturel (MONTHERLANT, Le Songe, 1922, p. 130).
b) [Le compl. désigne une notion abstr.] Renverser un ordre établi :
3. Et si l'homme ultra-cultivé d'aujourd'hui, qui a déjà tout chahuté en aveugle, s'en prend maintenant à vouloir déglinguer scientifiquement l'Univers, c'est qu'il sent venir la fin de sa longue hypnose, c'est qu'il sent venir la crise finale.
CENDRARS, Le Lotissement du ciel, 1949, p. 194.
2. MAR. (cf. emploi intrans.). Chahutés par le roulis (MALRAUX, La Condition humaine, 1933, p. 234). Difficile de changer de cap dans ce cyclone qui vous chahutait toujours (A. ARNOUX, Rhône, mon fleuve, 1944, p. 289).
B.— Arg. scol., fam. [Le compl. désigne une pers. et en partic. une autorité, un enseignant] Taquiner, plaisanter; entraver le déroulement normal d'une classe par des interventions tapageuses :
4. Des centaines de lycéens étaient passés sous la férule de l'« oncle » Gaure, sans que, de mémoire de potache, il eût inscrit une heure de colle. Quand on le chahutait trop, seulement, il avait une crise de fureur épouvantable et se sauvait, jurait, abandonnait son laboratoire aux rebelles, comme s'il avait eu peur de commettre un crime. (...) Moqué de la plupart, aimé secrètement de quelques-uns pour l'absolu dévouement qu'il mettait à sa tâche, il l'avait toujours ignoré.
VAN DER MEERSCH, Invasion 14, 1935, p. 71.
Prononc. :[], (je) chahute []. Étymol. et Hist. 1821 « danser le chahut » (Desgranges ds SAIN. Lang. par., p. 299); 1837 « faire du tapage » (VIDOCQ, Dict. argotique ds SAIN. Sources t. 2, p. 122); 1858 « renverser, culbuter » (LARCHEY, Les Excentricités du lang., p. 439); 1893 en partic. (RICHEPIN, L'Aimé, p. 18 : Quand les petits, dont il était chien de cour, le chahutaient). Orig. obsc.; peut-être formation onomatopéique d'orig. dial. (FEW t. 4, p. 502a); cf. dial. du Centre cahuer « huer », cahuler, cahuter « crier de douleur (en parlant du chien) » (JAUB.), composé de huer; la 1re syll. de chahuter est peut-être due à un rapprochement avec chat-huant : cf. dial. du Centre chavouner « se servir du chavon [proprement « chat-huant » : instrument dans lequel on souffle pour imiter le cri du chat-huant]; proférer des cris contre une personne qui fuit, huer », chahuanner « poursuivre de cris » (JAUB.); la finale -huter pour -huer peut-être d'apr. bahuter. Chahuter ne semble pas directement dér. de chat-huant et le vendômois chahuter « crier comme un chat-huant » cité par SAIN. Lang. par., p. 299), paraît résulter d'un rapprochement second. (v. ESN.). Fréq. abs. littér. :35. Bbg. DAUZAT Ling. fr. 1946, p. 299. — MAT. Louis. Philippe 1951, p. 89. — SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 225. — SAIN. — Lang. par. 1920, p. 299. — SAIN. Sources t. 3, 1972 [1930], p. 400.

chahuter [ʃayte] v.
ÉTYM. 1821; p.-ê. formation onomat. d'orig. dial. cf. cahuer « huer », cahuler, cahuter attestés dans le Centre, de huer, probablt d'après chat-huant. Pour P. Guiraud, il s'agirait d'une forme de chuter « tomber, faire tomber », d'où chahut(e), forme dial. de cheute (lat. caduta), correspondant à chaer, forme franco-provençale de choir.
———
I V. intr.
1 Vx. Danser le chahut (1.), en s'agitant, en criant.
0.1 (…) pas moyen pour lui d'évoquer le souvenir d'une petite Léonie qui aurait chahuté dans un caf'conc'.
R. Queneau, Pierrot mon ami, p. 160.
2 (1837). Mod. Faire du chahut (2.) dans une classe (→ Catéchisme, cit. 3.1). || C'est un cancre : il passe son temps à dormir ou à chahuter.
3 Chahuter avec qqn, s'amuser, plaisanter de manière vive et bruyante. || Cesse de chahuter avec les enfants.
Fig. || Chahuter avec qqch. : jouer avec qqch. || On ne chahute pas avec les armes à feu.(Le compl. désigne une chose abstraite). || Chahuter avec le règlement.
4 Fam., rare. Renverser, se renverser. || « Son chignon chahute… lui retombe dans les yeux » (Céline, in T. L. F.).
5 Mar. Tanguer violemment. || L'embarcation chahute.
———
II V. tr.
1 Chahuter un professeur, faire du chahut pendant son cours.Par ext. || Chahuter un orateur, manifester bruyamment (pour l'empêcher de parler…). || Se faire chahuter.Au p. p. || Un professeur, un orateur chahuté.
1 C'est que Poirier était, pour des raisons qui me sont demeurées obscures, le plus « chahuté » de tous les professeurs.
G. Duhamel, Biographie de mes fantômes, X, p. 204.
2 (…) j'avais ainsi au lycée Louis-le-Grand un professeur d'histoire qui, ayant besoin d'être chahuté, comme d'une drogue quotidienne, tendait obstinément aux élèves mille occasions de charivari : bourdes, naïvetés, mots à double sens, postures ambiguës, et jusqu'à la tristesse dont il marquait toutes ces conduites secrètement provocantes; ce qu'ayant vite compris, les élèves s'abstenaient, certains jours, sadiquement, de le chahuter.
R. Barthes, Roland Barthes, p. 153.
2 Chahuter qqn, le taquiner, le plaisanter vivement; le bousculer. || Une bande de garçons chahute les filles qui passent. || Il s'est fait chahuter par des voyous.Chahuter une chose, la malmener, la maltraiter. || Prenons garde de ne pas trop chahuter les meubles pendant le déménagement.
3 Il traversait le Barrio Chino et le Parallelo en chahutant toutes les femmes, tantôt les agaçant, tantôt les caressant, toujours ironique.
Jean Genet, Journal du voleur, p. 66.
3 (Le compl. désigne une chose abstraite). Bouleverser, déranger.
4 De quel droit un médiocre vient-il me donner des ordres, en se targuant d'une hiérarchie qu'on peut toujours chahuter ?
Drieu La Rochelle, la Comédie de Charleroi, p. 92.
5 Au jeu naïf des Orientaux, chahutant les formes, les romans opposent un regard moral et inexorable qui atteint nos troisièmes sous-sols.
Jacques Laurent, les Bêtises, p. 359.
4 Spécialt. || La houle croisée chahutait durement le voilier. || Le roulis nous chahute.Au p. p. :
6 Les révolutionnaires (…) regagnèrent la vedette : elle se détacha de la coupée, fila vers le quai, sans détour cette fois. Chahutés par le roulis, les hommes changeaient de costume (…)
Malraux, la Condition humaine, p. 62.
DÉR. Chahut, chahuteur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • chahuter — (cha u té) v. n. Danser la chahut …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • chahut — [ ʃay ] n. m. • 1821; de chahuter 1 ♦ Vx Danse populaire tapageuse, à la mode entre 1830 et 1850. 2 ♦ (1837) Mod. Agitation bruyante. ⇒ chambard, tapage, tumulte, vacarme; fam. bordel, cirque. Faire du chahut. Quel chahut ! ♢ Spécialt Tumulte d… …   Encyclopédie Universelle

  • chahuteur — chahuteur, euse [ ʃaytɶr, øz ] adj. et n. • 1837; de chahuter ♦ Qui aime chahuter (I, 2o). Une classe chahuteuse. ● chahuteur, chahuteuse adjectif et nom Qui fait du chahut en classe. chahuteur, euse adj. (et n.) Qui aime chahuter, tapageur …   Encyclopédie Universelle

  • Cercles étudiants de l'ULB — Les cercles étudiants de l ULB sont les associations créées par les étudiants de l Université libre de Bruxelles. Il s agit soit d association sans but lucratif (ASBL) soit d association de fait. L université reconnaît officiellement chaque année …   Wikipédia en Français

  • bahuter — ⇒BAHUTER, verbe trans. Arg. (Grandes Écoles et spéc. St Cyr) A. [P. réf. à l armoire où sont rangées les affaires, et en partic. l uniforme de fantaisie de l élève officier] Ranger, arranger. 1. [L obj. désigne une chose] Ranger (ses effets) dans …   Encyclopédie Universelle

  • Incognito (album) — Pour les articles homonymes, voir Incognito. Incognito Album par Michel Polnareff Sortie 1985 Albums de …   Wikipédia en Français

  • Jacques Attali — Pour les articles homonymes, voir Attali (homonymie). Jacques Attali Naissance …   Wikipédia en Français

  • Michel Polnaref — Michel Polnareff Michel Polnareff Naissance 3 juillet 1944 (65 ans) Nérac, France Pays d’origine France Profession(s) Auteur compositeur interprète Producteur …   Wikipédia en Français

  • Michel Polnareff — au Palais omnisports de Paris Bercy en 2007 Surnom « L amiral » …   Wikipédia en Français

  • Polnaref — Michel Polnareff Michel Polnareff Naissance 3 juillet 1944 (65 ans) Nérac, France Pays d’origine France Profession(s) Auteur compositeur interprète Producteur …   Wikipédia en Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.